• 100riom-riom
  • 100riom-shopping
  • 100riom-decouverte
  • 100riom-subjectif
  • 100riom-critique
  • 100riom-agenda
  • 100riom-riom
  • 100riom-shopping
  • 100riom-decouverte
  • 100riom-subjectif
  • 100riom-critique
  • 100riom-agenda

Un amour d’animateur

stanley tucci hunger gamesL’animateur de télé a été trié sur le volet. Il a passé des tests éprouvants pour décrocher le job. Comme lever les bras sans que la chemise sorte du pantalon. Danser la zumba avec Miss France. Chanter My Way en verlan. Il a aussi répondu à des questions compliquées : « Avez-vous le même nombre de doigts le soir que le matin ? »

Il a dû travailler sa grossièreté avant de défier les caméras. Ce n’est pas toujours inné, la grossièreté. Certains naissent prodigues de ce talent. D’autres pas. Ils hésitent à en faire preuve. De la même façon qu’on hésite à boire un bol d’eau salée. Mais tiens, se disent-ils après l’avoir goûtée, finalement ce n‘est pas si mauvais, la grossièreté. Alors ils en redemandent. Et rapidement, ne peuvent plus s’en passer.

L’animateur de télé sait que sa carrière peut s’interrompre à tout moment. Là est la noblesse de son métier. Qu’il ne plaise plus au public, on le débarque. Qu’il ne plaise plus au directeur des programmes, on l’éjecte. Qu’il use mal à propos des codes de la grossièreté, on le catapulte sur l’une des cent sous-chaînes cryptées du groupe d’investisseurs anonymes auxquels il doit sa notoriété (et sa fortune). Il présentait un talk-show archi mode et déjanté, il n’interviewe plus que des footeux de troisième zone dans des vestiaires sales et nauséabonds. Finis Ducasse et Gagnaire le soir après l’émission, finis le Veuve Clicquot et le Yoichi single malt à 72 € la bouteille de 70 cl après Ducasse et Gagnaire. Mais ne le plaignez pas. Son sort demeure enviable. Ses indemnités de  départ  ont dument été versées sur son compte. L’un de ses comptes.

S’il n’est pas débarqué, éjecté ou catapulté, l’animateur télé perdure. Il peut traverser comme ça le demi-siècle, changeant de coiffure avec les modes et les saisons. Rien ne l’arrête plus. Il a découvert le mouvement perpétuel. Tel un poisson rouge, il se sent bien dans son bocal. Et nous aussi, nous nous sentons bien en le regardant. On regrettera sa grossièreté quand il s’en ira. Parce que tout a quand même une fin. 

A ne pas rater !

  • jeupiste2017
  • 100riom26
  • mc2015

Riom Centre

145 Commerçants Adhérents

  • 1